Espace médical de la femme - Atelier AROMATHERAPIE – NUTRITION 
9 Aout 2015

Naissance de l’aromathérapie scientifique et de la “médecine aromatique”
Depuis près de 15 années les leaders de l’aromathérapie scientifique, en collaboration avec de nombreux médecins, pharmaciens et biologistes, étudient et suscitent des recherches en aromathérapie.


Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Une huile essentielle est l’âme de la plante aromatique. C’est l’essence volatile extraite de plantes aromatiques par la distillation. Il s’agit d’une substance complexe qui contient des molécules aromatiques dont l’action bénéfique sur la santé est étudiée et mise en pratique par l’aromathérapie.


Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

L’aromathérapie est l’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques. C’est une “biochimio-thérapie” naturelle sophistiquée qui repose sur la relation existant entre les composants chimiques des huiles essentielles et les activités thérapeutiques qui en découlent.
Elle recourt à une méthodologie rigoureuse qui s’inspire de données scientifiques solides confirmées tant par la clinique que par le laboratoire. C’est une thérapeutique naturelle de qualité supérieure, d’une prodigieuse efficacité et qui complète très bien toutes les autres approches alternatives ou allopathiques.

Un grand aromathérapeute disait que l’aromathérapie scientifique rend “…l’impossible possible, le possible facile, le facile élégant…”.

Un attrait des plus fascinants de cette médecine aromatique réside dans son action multiple séduisant tout thérapeute. Le scientifique cartésien y trouvera son compte par les molécules aromatiques ainsi que par leur représentation qualitative et quantitative. En cela, l’aromathérapie est biochimie, pharmacologie, toxicologie... . C’est ce que l’on appelle l’aromatologie. Parallèlement, l’huile essentielle est toujours vibration et donc énergie. L’acupuncteur, le réflexologue, le thérapeute ayurvédique ne s’y sont pas trompés. Elles leur apportent un effet de levier impressionnant.


Comment ça marche ?

On utilise les huiles essentielles en diffusion atmosphérique, en massage topique ou en usage interne. Les molécules aromatiques peuvent être ainsi captées par les fosses nasales et décryptées par les neurorécepteurs olfactifs, ou entrer en interaction avec le métabolisme via le système circulatoire.


Un peu d’Histoire

Utilisées à des fins diverses depuis des millénaires, les plantes aromatiques ont toujours été tenues en haute estime par les thérapeutes du monde entier.

L’histoire de l’aromathérapie peut se résumer en quatre grandes époques.

La première est celle au cours de laquelle étaient utilisées des plantes aromatiques telles quelles ou sous forme d’infusions ou de décoctions. Il y a 40.000 ans, les peuplades aborigènes implantées sur le continent australien ont dû apprendre à s’adapter aux très dures conditions de vie. Ainsi, ils utilisaient couramment les feuilles de Melaleuca alternifolia (le tea tree), dont l’huile essentielle est d’une importance majeure. Les trois grands berceaux géographiques de la civilisation aromatique, soit l’Indus, la Chine et le Bassin méditerranéen (sans oublier l’Egypte), nous ont légué des procédés et des connaissances dont la validité est toujours actuelle.

La seconde période historique est celle où les plantes aromatiques étaient brûlées ou mises à infuser ou à macérer dans une huile végétale. En Inde traditionnelle, les parfums étaient largement employés en médecine et les Rishis en recommandaient l’usage dans les sacrifices religieux, mais aussi pour traiter le corps et l’esprit. L’Inde est le pays d’origine du basilic, où il était sacré.

Durant la troisième époque, la recherche de l’extraction de cette substance odorante se manifeste. C’est la naissance du concept d’huile essentielle qui aboutit à la création et au développement de la distillation. On la doit à Ibn Sinna – Avicenne, père de la médecine antique.

Enfin, la période moderne, dans laquelle la connaissance des composants des huiles essentielles intervient et explique les activités physiques, chimiques, biochimiques, thérapeutiques et enfin électroniques, a donné à l’aromathérapie un statut plus scientifique.


Le renouveau

La France occupe de très loin la première place dans l’histoire moderne de l’aromathérapie.

Le terme « aromathérapie » lui-même fut forgé en 1928 par R.M. Gattefossé. Ce chercheur lyonnais poursuivit ses travaux et ses recherches pendant plusieurs décennies. Une anecdote célèbre raconte qu’il se brûla gravement la main lors d’une explosion dans son laboratoire et qu’en la plongeant sur le champ dans un vase rempli d’huile essentielle de lavande, une guérison ultra-rapide, sans infection ni trace cicatricielle, s’ensuivit.

En 1931, R.M. Gattefossé publie son ouvrage « Aromathérapie », dans lequel il décrit ses expériences et ses découvertes. Il fut le premier à montrer les relations structure/activités des composants aromatiques et à codifier les grandes propriétés des arômes naturels.

Plus tard en Angleterre, Mme Maury donna naissance à un courant orienté vers la beauté, le bien-être et le prolongement de la jeunesse et qui s’implante fortement en Grande-Bretagne.

Quant à la renaissance du courant français, il aboutit à Jean Valnet qui vulgarisa l’extraordinaire puissance curative des huiles essentielles. C’est sans aucun doute lui, par la publication de son ouvrage Aromathérapie, qui est à l’origine de la nouvelle vague d’intérêt pour les essences et les huiles essentielles dans le grand public.

A sa suite, les écoles de J.-C. Lapraz, C. Duraffourd et d’Hervincourt, d’une part, et de P. Belaiche, d’autre part, ainsi que de nombreux autres groupements répartis dans le pays effectuèrent des travaux d’approfondissement sur l’activité anti-infectieuse des substances aromatiques.


Quelques chiffres évocateurs

Pour obtenir 1 kg d’huile essentielle…
  • de Rose de Damas, il faut distiller 4000 kg de pétales (1 ha de rosiers)
  • de lavande vraie, il faut distiller 150 kg de sommités fleuries
  • de clou de girofle, il faut distiller 7 kg de bouton floral.
Le coût et la rareté de certaines d’entre elles, tout comme l’utilisation des procédés d’obtention délicats et longs, ont incité certains producteurs peu scrupuleux à recourir à des huiles essentielles falsifiées et parfois même totalement synthétisées. C’est la raison pour laquelle une HE de qualité thérapeutique doit subir des contrôles réguliers et approfondis : chromatographie en phase gazeuse couplé à la spectrométrie de masse pour chacun des lots. Seuls les laboratoires dignes d’intérêt  utilisent cet appareillage sophistiqué pour s’assurer de la qualité de leurs matières premières.


Critères de qualité des huiles essentielles chémotypées (race chimique)

Les substances chimique de synthèse sont des substances mortes dont les déchets non éliminés et stockés dans certains organes perturbent et dévitalisent l’homme. A l’inverse, les HE sont des produits naturels qui développent une revitalisation intense de l’organisme.

1. La certification botanique 
L’appellation de la plante doit préciser le genre, l’espèce, la sous-espèce et le cultivar afin d’empêcher toute erreur issue des noms vernaculaires.
Ex. : Hélichrisum Italicum SSP Italicum

2. L’origine géographique
Le nom du pays ou d'une région apporte des précisions intéressantes sur le biotope (l'environnement) de la plante aromatique et caractérisera sa composition biochimique particulière.

3. Le mode de culture
Cette précision vous dira si la plante est sauvage ou cultivée et issue d'une culture biologique (label bio) ou non.

4. Le stade de développement botanique
Les caractéristiques des chémotypes dépendent parfois du stade de développement: cueillette avant, pendant ou après floraison...

5. L'organe distillé (ou expressé pour les zestes de Citrus uniquement)
La composition biochimique des HE Chémotypées varie en fonction de la partie ou organe de la plante distillée.

6. Le mode d'extraction :
La composition des H.E.C.T. peut varier selon la distillation, hydro-distillation, percolation, expression.

7. Le chémotype ou chimiotype: L'analyse par chromatographie en phase gazeuse couplée au spectromètre de masse
indique les molécules fondamentales pour une bonne utilisation des H.E.C.T.


Mode d’emploi des huiles essentielles

Toutes les HECT ont une telle affinité pour la peau qu’il leur suffit de quelques secondes pour être absorbées d’abord par la couche cutanée puis diffusées dans la microcirculation périphérique avant de se retrouver dans la circulation sanguine générale pour y exercer leur action thérapeutique.

TEST : Pour se convaincre de l’efficacité de ce mode d’administration, frictionnez la plante de vos pieds avec l’HE d’eucalyptus radié. Après 15 minutes, votre haleine sentira l’eucalyptus.

Si vous craignez de porter sur vous l’odeur, vous avez aussi la possibilité de déposer, sous votre langue, 2 gouttes d’HE dans du miel, de l’huile d’olive ou sur un morceau de sucre de canne.

N’oubliez pas que les HE ne sont pas solubles dans l’eau. Il faut donc utiliser un diluant en quantité 4 fois supérieure à celle de l’HE pour la disperser  dans un verre d’eau ou dans un bain.

La durée du traitement peut être très courte (12 à 48h) si on le commence dès les premiers symptômes.

Vous pouvez ajouter quelques gouttes d’HE pour préparer toutes sortes de traitements de soins et de beauté mais aussi pour bichonner votre maison et votre animal de compagnie.
  • Huile de massage (HE mélangées à des huiles végétales)
  • Solutions pour applications locales (sur des compresses imbibées d’eau)
  • Bains (en dose infinitésimale)
  • Eaux de toilettes, déodorants et parfums (mélangées à de l’alcool)
  • Répulsifs contre les insectes
  • Crèmes cosmétiques, lotions et pommades de soin
  • Shampoing ou après shampoing
  • Désodorisants antibactériens et antiviraux
  • Préparations antipuces
  • Nettoyants ménagers


Précautions d’emploi des huiles essentielles

  • Interdiction durant les 3 premiers mois de grossesse
  • Se laver les mains après chaque utilisation
  • Ne jamais injecter
  • Ne jamais laisser un flacon à la portée d’un enfant
  • Les personnes sensibles ou allergiques feront le test avant toute utilisation.
  • Les yeux, le nez, le conduit auditif, les zones ano-génitales ne peuvent jamais être l’objet d’application d’HE pures.
  • En cas d’absorption ou d’instillation accidentelle, ingérez ou appliquez une huile végétale pour diluer l’HE et contactez le centre antipoison.
  • L’HE de menthe poivrée ne s’applique jamais sur une surface étendue en raison de la réaction glacée qu’elle provoque. Elle est strictement contre-indiquée pour la femme enceinte et allaitante ainsi que pour le nourrisson de moins de 30 mois.

Attention, le but n’est pas d’opposer allopathie et aromathérapie. Il est fortement déconseillé d’abandonner sur le champ un traitement établi par un médecin pour se soigner exclusivement par les HE. Celles-ci sont, au contraire, des auxiliaires précieux pour vaincre plus rapidement la maladie.


Les propriétés des huiles essentielles

Leurs propriétés sont innombrables : analgésique, antibiotique, antidépresseur, antiémétique, anti-inflammatoire, antiseptique, antispasmodique, aphrodisiaque, cicatrisante, digestive, diurétique, expectorante, fébrifuge, fongicide, hémostatique, hyper et hypotenseur, immunostimulante, sédative, stimulante, vasoconstricteur et vasodilatateur, etc.
Par exemple, l'huile essentielle de thym peut tuer un staphylocoque en moins de 8 minutes, ce que peu d'antibiotiques sont capables de faire.
A savoir : lorsque vous mélangez des HE, vous allez les faire entrer  en synergie, c'est-à-dire coordonner leurs actions. La théorie de la synergie illustre le vieil adage selon lequel « l’union fait la force ». Le pouvoir thérapeutique de plusieurs HE est plus grand que celui d’une seule huile. Néanmoins, ne mélangez pas plus de 3 ou 4 HE.


Recette réalisée :

Savon au miel

10 c à s de paillettes ou de poudre de savon de Marseille – 2 c à c de glycérine – 2 c à c de miel – 5 gouttes d’huile essentielle de lavande.

Dans un récipient, verser tous les ingrédients (sauf l’huile essentielle) puis remuer avec vos doigts ou bien à l’aide d’une cuillère en bois. Si la consistance n’est pas assez liquide, ajouter un peu d’eau chaude. Remuer pour bien incorporer les ingrédients et ajouter l’HE quand le mélange a légèrement refroidi. Rouler ensuite le savon en boule ou le couler dans un moule. Laisser sécher dans une pièce bien aérée pendant 2 à 6 semaines. Quand le savon aura bien durci, le polir à l’aide d’un linge légèrement humecté d’1 ou 2 gttes d’HE de lavande.

Utilisation : Si vous avez une peau normale, mixte ou grasse, il est vivement conseillé d’utiliser ce savon pour votre toilette du visage et du cou. Ce produit n’est pas difficile à préparer et est même amusant à faire. Il apportera à votre visage les bienfaits conjugués de l’HE, de la glycérine et du miel. Ces deux derniers sont des humectants, ils garderont votre peau parfaitement hydratée.


Recettes culinaires :

Le fromage frais aux herbes fraîches :

Ingrédients :
  • 1 litre de lait entier
  • 5 cl de vinaigre de vin blanc
  • 1 càs de gros sel
  • Ciboulette, persil, échalote, radis, jeunes oignons,…
  • Sel et poivre, …

Déroulement :
  • Porter le litre de lait à ébullition puis retirer du feu.
  • Y ajouter  le vinaigre et le gros sel.
  • Mélanger délicatement et laisser cailler le lait quelques minutes (+/-10min).
  • Vider délicatement le contenu dans une passoire recouverte d’une étamine.
  • Presser délicatement l’étamine pour en extraire un maximum de petit lait.
  • Laisser refroidir quelques minutes avant d’ajouter les herbes fraiches finement coupées.


Taboulé de légumes :

Ingrédients :
  • 150g de semoule de blé
  • 20g de beurre salé
  • 1 poivron jaune
  • 1 poivron rouge
  • 1 poivron vert
  • 1 botte de jeunes oignons
  • 2 tomates
  • 1 concombre
  • Quelques feuilles de menthe et de basilic  ciselées

Déroulement :
  • Faire bouillir 150 ml d’eau avec le beurre.
  • Retirer du feu,  ajouter la semoule de blé et couvrir.
  • Découper tous les légumes en petits dés et ciseler les feuilles de menthe et de basilic.
  • Egrainer la semoule tiède à l’aide d’une fourchette et y ajouter tous les légumes.


Assaisonnement laitue :

Ingrédients :
  • 1 laitue
  • Pétales de levure de bière
  • Huile de colza


Lentilles à l'orientale :

Ingrédients :
  • Des lentilles
  • Deux cuillères à soupe de coriandre
  • Fêta
  • Tomates Semi – séchées
  • 1 échalote
  • 2 éclats d'ail
  • Ras el Hanout ( épices du Maroc )
  • Huile d'olive
  • Jus  de citron

Déroulement :
  • Laisser tremper les lentilles pendant une heure ou deux
  • Hacher les oignons et écraser l'ail avec un écrase - ail
  • Faire revenir les oignons plus l'ail avec un peu d'huile d'olive. Ne pas oublier de saler le tout!
  • Egoutter les lentilles et les mettre à cuire avec les oignons et ails
  • Couvrir d'eau et bien surveiller la cuisson
  • Une fois que c'est cuit (pratiquement pas d'eau )  vous laissez refroidir le tout et y rajoutez la Feta , coriandre , et les tomates semi- séchées .
  • Vous pouvez à la fin remettre un peu de jus de citron et au goût rectifier le tt avec un peu de poivre ...
  • Vous pouvez également rajouter de l'huile d'olive si vous le désirez
  • Pour ceux qui n'aiment pas la coriandre vous pouvez utiliser du persil plat .

Bon appétit


Taboulé menteur au chou-fleur :                                    

Ingrédients :

  • 1 chou-fleur blanc
  • 1 bouquet de menthe
  • 1 bouquet de persil
  • 1 bouquet de coriande
  • le jus de 1 citron ( 2 si gros chou-fleur)
  • 1 oignon rouge haché finement
  • 200 grammes de tomates en petits dés
  • huile de colza, poivre
  • 30 gr de pignons
  • tous les autres légumes que vous aimez, en petits cubes.

Déroulement :

  • Râper le chou-fleur afin d’obtenir une poudre blanche
  • Ciseler toutes les herbes
  • Mélanger tous les ingrédients à l’exception des pignons que vous mettez juste avant de servir
  • Mettre au frais quelques heures


© Espace Médical de la Femme 2016-2020 ~ Tous Droits Réservés